Poésie de La Fontaine en maternelle Montessori

Apprendre une poésie de Jean de La Fontaine dès 3 ans et demi à l’école Montessori Internationale de Bordeaux-Gradignan

Lundi 1er juin 2015 le père d’un élève de maternelle est venu nous voir pour nous dire que son fils avait appris avec son grand-père une poésie de la Fontaine. Il s’agissait de la fable du corbeau et du renard que nous demandons d’apprendre à des élèves de Cm1.

Bien sûr au premier abord nous nous sommes dits que l’élève, qui avait hâte de nous réciter cette poésie, devait la connaitre partiellement et qu’il s’agissait là d’un effort que nous saurions apprécier à sa juste valeur.

Oh surprise ! Non seulement la fable était sue parfaitement mais le ton employé donnait une intensité théâtrale captivant ainsi tout l’auditoire.

Il faudra noter que l’élève de 3 an et demi de petite section de maternelle a récité sa poésie devant tous les élèves de l’école sans sourciller. Imperturbable il a repris son travail après sa petite représentation…

Ne jamais douter des enfants en s’attendant toujours au meilleur. 

L’entrainement de la mémoire peut se faire très jeune et il constitue un atout majeur dans la scolarité d’un élève.

Etiqueté le:,

4 commentaires pour “Poésie de La Fontaine en maternelle Montessori

  1. Luquet

    Bonjour,

    C’est avec émotion et bien sûr une pointe de fierté que nous avons regardé notre petit homme vous raconter sa fable apprise avec son grand-père. Merci à vous de nous avoir fait partager ce chouette moment !

  2. justine

    bonsoir

    l’enfant recite magnifiquement bien sa leçon… mais je n’aime pas du tout le bravo à la fin qui ne lui laisse pas la possibilité d’avoir confiance en lui…

    1. noemienoemie Auteur du post

      Bonjour Madame,

      Nous ne comprenons pas votre remarque.
      Il faut faire attention de bien distinguer encouragement et récompense qui ont des effets bien différents chez l’enfant.
      Nous constatons quotidiennement que nos élèves s’épanouissent dans cette atmosphère positive où les efforts sont remarqués à leur juste valeur et au moment opportun.
      Que faut-il faire quand l’élève nous présente un travail accompli et réussi ?
      Le développement de la confiance en soi reste assez incompris encore, surtout dans le système scolaire français, où l’on préfère relever les erreurs plutôt qu’encourager sur les points forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *