Education : le pari réformateur de Fillon.

C’est le titre prometteur d’un article du Figaro de vendredi 11 avril 2014 qui au lieu de réforme logique propose des aménagements sans véritablement changer le fond du problème.

Entouré d’une centaine d’acteurs issus du monde éducatif, François Fillon propose une soixantaine de mesure, parce que “l’éducation est la priorité pour le redressement économique de la France” quand on sait que “20% des jeunes sortent sans diplôme”.

Le sujet qui nous intéresse concerne la réforme dès l’école maternelle.

Cette réforme jugée iconoclaste propose de rendre obligatoire la scolarité à 5 ans au lieu de 6 et donc de commencer l’apprentissage de la lecture un an plus tôt (dernière section de maternelle) car “20% des élèves ne savent pas lire à l’entrée de la sixième.

On s’interroge de l’entourage de nos politiques français qui continuent de bouder les éducateurs Montessori en niant le fait qu’un enfant peut apprendre à lire dès 3 ans car c’est sa période sensible du langage. 5 ans c’est trop tard pour certains.

Ignorent-ils vraiment cet état de fait sachant que certains de ces décideurs inscrivent leurs enfants dans des écoles Montessori.